Vous êtes ici : Unbonair.fr > Tout savoir sur le poêle à bois

Tout savoir sur le poêle à bois

FAQ : Tout savoir sur le poêle à bois

Le poêle à bois est une façon de se chauffer sans aucune prise de courant. Il nécessite quelques installations et il offre une ambiance chaleureuse. Afin de vous permettre de bien l’acheter ou de l’utiliser correctement, nous avons regroupé ci-dessous la réponse à toutes les questions les plus courantes sur le sujet.

Le poêle à bois est un appareil de chauffage qui repose sur la combustion de bûches. La diffusion de la chaleur s’effectue soit par convection, soit par rayonnement. Il n’a pas besoin d’être branché sur le secteur et est donc autonome de tout circuit électrique. Il a par contre besoin d’un conduit d’évacuation.
Ce type de chauffage est souvent vu comme une solution d’appoint, en plus d’un système central. Toutefois, le poêle à bois a un bon rendement et il peut véritablement chauffer toute une maison quand il est bien positionné et que l’isolation est bonne. Bien choisi, il est donc extrêmement efficace. Sa présence améliore aussi le confort. Les flammes sont apaisantes et réchauffantes. Ce n’est pas pour rien que certaines vidéos en ligne proposent des feux de cheminée à diffuser sur la télévision. Cela agit sur l’ambiance et le moral.
Pour trouver le meilleur poêle à bois, il y a plusieurs critères à prendre en compte. Ceux-ci doivent être étudiés en fonction de votre logement et de votre budget.

 

  • Le rendement, c’est-à-dire son efficacité ;
  • Le poids et les matériaux, un bon poêle en acier ou en fonte est plus lourd qu’un modèle bas de gamme ;
  • La taille des bûches ou la taille de la chambre de combustion, pour savoir quel type de bûches prévoir ;
  • Les options, comme la présence d’un allumage automatique, d’un foyer pivotant, etc ;
  • La marque et sa fiabilité ;
  • Le prix de vente conseillé et le prix auquel vous pouvez l’acheter.
Que l’on achète un poêle à bois, un convecteur électrique ou un poêle à pétrole, la puissance fonctionne toujours de la même façon. Il faut compter 1 kW pour 10 m² (dis aussi 1000 watts pour 10 m²). On peut prévoir moins avec une bonne isolation. Ainsi pour 50 m², on peut choisir un poêle de 4 à 5 kW.
Plusieurs poêles permettent de se chauffer, mais avec des contraintes et des atouts différents.

 

⇨ Le poêle à bois a besoin d’un conduit d’évacuation et utilise des bûches. Il chauffe vite et il est autonome du circuit électrique.
⇨ Le poêle à granulés ou pellet est très similaire au poêle à bois, mais il est plus facile à utiliser. Il convient mieux aux personnes qui ne peuvent pas manipuler les bûches (qui sont toujours plus lourdes).
⇨ Le poêle à pétrole est une solution qui ne convient qu’en journée et quand on reste à proximité (pour des questions de sécurité). Il dégage une odeur désagréable à l’allumage, par contre il est facile à régler et utiliser.
⇨ Le poêle à gaz fonctionne soit dans une chambre soit dans un lieu très ventilé suivant le modèle choisi. Il chauffe extrêmement vite.
Le poêle à bois fonctionne avec des bûches, tandis que celui dit à granulés a besoin de granulés ou pellet, c’est-à-dire de sciure de bois compactée que l’on place dans un réservoir. Le poêle à bois demande plus de manipulation pour être prêt, par contre il chauffe plus vite et il convient pour une grande surface. Le poêle à granulés est plus facile à prendre en main, il a besoin d’un peu plus de temps pour bien chauffer, mais il est efficace sur une plus longue période. Ainsi la nuit, c’est souvent le meilleur choix quand on veut se coucher tôt et ne pas devoir rallumer le poêle le matin.
L’installation doit être effectuée par un professionnel pour des questions de sécurité, surtout lorsque le conduit d’évacuation doit être installé pour la toute première fois. Il faut alors prévoir l’arrivée d’air frais et la sortie du conduit. Dans le cas du remplacement d’un appareil, des travaux peuvent tout de même être nécessaires afin que le raccordement soit totalement adapté au nouveau poêle. Dans tous les cas, n’oubliez pas de demander des devis et des conseils avant de signer avec un professionnel plutôt qu’un autre.
L’isolant choisi doit être efficace et résistant au feu. Pour cela, il est préférable d’opter pour de la laine minérale ou de la laine de roche. C’est une étape importante, car elle évite la perte de chaleur dans les murs. L’isolant doit donc également être bien épais pour être efficace (prévoir environ 50 mm).
L’habillage concerne le mur autour du poêle et non le poêle en lui-même. C’est une façon d’améliorer l’ambiance et l’esthétique et même de bénéficier d’une meilleure diffusion de la chaleur. L’habillage peut en effet être réalisé avec un matériau isolant pour que la chaleur soit dirigée vers la pièce et non dans les murs. Il peut toutefois s’agir d’une simple mise en valeur avec de la peinture dans toute la niche abritant le poêle.
Une fois par an, il faut faire appel à un professionnel pour une vérification complète du poêle. Ce rendez-vous est légalement obligatoire et il faut conserver la facture pour prouver qu’il a bien eu lieu. Deux fois par an, il faut ramoner le poêle et son conduit d’évacuation. Le ramonage doit être effectué une fois pendant la période d’utilisation du poêle. En général, on peut opter pour un contrat annuel, afin de ne pas avoir à y penser soi-même. Les textes de loi sont disponibles ici. Enfin, au quotidien, il faut vider le bac à cendres et entretenir la face intérieure et extérieure de la vitre. N’oubliez pas de gérer également votre stock de bois au fur et à mesure.
Pour un entretien régulier, il suffit d’utiliser du papier journal et des cendres froides. Les cendres remplacent le produit et le papier remplace le chiffon. Il faut bien frotter toute la vitre, puis rincer à l’eau avant de tout sécher. Une autre astuce est d’utiliser du vinaigre blanc et du jus de citron avec une éponge pour bien gratter. Il est également possible de mettre le vinaigre sur la surface et d’utiliser la surface interne du citron pour frotter. Là encore, il faut rincer à l’eau et sécher. Enfin, il est aussi possible d’utiliser un détergent spécial vitre et insert.
Après avoir retiré toutes les cendres, utilisez l’aspirateur en y plaçant un embout brosse. Cela permet de frotter les surfaces et de tout aspirer en une seule fois. Finalisez ensuite avec un chiffon sec. N’utilisez pas d’eau pour éviter l’apparition de rouille. Pour la vitre du poêle, consultez la question ci-dessus qui propose trois astuces de nettoyage.
Chacun a ses astuces pour allumer un feu et il ne faut pas hésiter à en tester plusieurs afin de trouver la méthode qui vous convient le mieux. Voici juste une proposition pour vous permettre de débuter. Placez une première bûche dans le foyer et, juste devant, disposez un allume-feu. Allumez-le. Puis placez des bûchettes ou du petit bois sec pour bien lancer le feu. Enfin, placez une seconde bûche, parallèle à la première, de façon à ce que l’allume-feu soit entre les deux.
Le combustible choisi modifie la puissance du feu, sa durée, l’odeur et même la fumée. Il est donc indispensable de le choisir avec soin. Le bois de feuillus durs offre le meilleur rendement. C’est pourquoi on privilégie en général le chêne, le charme, le hêtre ou le frêne. Le bois de peuplier, bouleau, saule, tilleul, sapin ou pin brûle vite, ce qui en fait un bon bois pour l’allumage, mais rien de plus.
Il est effectivement possible de chauffer toute une maison avec un seul poêle, en effectuant les bonnes installations. La condition de départ est de bénéficier d’une bonne isolation. Par ailleurs, c’est plus efficace dans une petite maison ou dans un logement tout en hauteur et non sur un seul niveau. La diffusion de la chaleur va se faire via des tuyaux d’évacuation qui doivent être judicieusement installés. Malgré tout, la température ne sera pas homogène et seule la pièce où se trouve le poêle sera vraiment bien chaude. Il faut donc organiser les pièces à vivre autour du poêle.
Retour haut de page